dimanche 3 septembre 2017

Multipla !

Les embouteillages de l'A86 m'ont permis d'immortaliser une Fiat Multipla. Elle était un peu cabossée, mais ça ne se voit pas sous cette angle. Au temps lointain où j'étais chez Lucas, il y avait un collègue, Roger, qui adorait les Multipla. D'après lui, c'était le concept le plus intelligent au monde... N'empêche, il n'en a pas acheté une !
Le design disruptif, c'est un saut dans l'inconnu. C'est toujours plus facile de jouer la sécurité. Mais il y a un moment où pour s'imposer, il faut savoir bousculer les conventions. Si le Multipla avait réussi, Fiat aurait pu devenir le roi des monospaces compacts, au détriment de la Xsara Picasso et de la Touran. Ca lui aurait peut-être évité le trou d'air de 2003-2004... Sauf que le pari a été perdu. Le public l'a trouvé moche et les analystes ont joué à "j'vous l'avait dit..." Il a été relifté en 2004. La 500L aurait du s'appeler Multipla. Néanmoins, le nom était tellement brûlé qu'ils ont préféré "500-iser" la voiture et la vendre comme un monospace 500.

Pour info, la Multipla fut également assemblée en Chine, par Zotye (sous le nom de "Multiplan".) Au pays de l'enfant unique, il n'y avait pas vraiment de demande pour un monospace bas de gamme. Zotye a alors mis un moteur électrique dedans et ils ont commencé à faire des tests. La Chine voulait investir dans les véhicules propres et Zotye -un modeste acteur- se retrouvait sous le feu des projecteurs. Hélas, apparemment, les batteries chauffaient trop. Les images d'un Multiplan complètement calciné après qu'il ait pris feu firent le tour du web chinois. Plus personne ne voulait tester le Multiplan électrique. En plus, Zotye s'est brouillé avec Fiat. Ils avait racheté l'outillage des Palio et Siena à SAIC (qui avait repris NAC, l'ex-partenaire de Fiat) et ils ont commencé à les produire sans l'accord des Italiens. Donc rideau pour le Multipla/Multiplan. Quand ça ne veut pas...

A ce propos, je suis dubitatif sur l'avenir de Zotye (ainsi que celui de Hawtai, JAC ou Yema.) Il produit 200 000 voitures par an, ce qui est insuffisant. A moyen-terme, il va se retrouver avec des plateformes vieillissantes, alors qu'il n'a pas les moyens techniques ou financiers de développer de nouveaux véhicules et accessoirement, il n'exporte pas. Or, en parallèle, la Chine voit émerger des champions comme Great Wall, Byd, SAIC (MG et Maxus) ou Geely. Bientôt, ils auront une envergure internationale. La Chine n'aura plus besoin de garder vingt généralistes "pures". Il risque de couper les vivres du jour au lendemain et ça peut faire mal. Lifan misait sur les électriques. Du moins, ils ont encaissé les subventions et ils ont construit quelques véhicules de pré-série. Pékin leur a tapé sur les doigts (alors qu'avant, il laissait faire.) Avec 100 000-150 000 voitures, Lifan est lui aussi dans la zone rouge. Mais il exporte en Russie et en Amérique du Sud. Si la conjoncture se retourne, il pourrait rebondir. A condition de se moderniser rapidement. Sinon, ce sera la spirale de la marginalisation...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?