vendredi 9 décembre 2016

Dakar 2017

Fin novembre, c'est synonyme de présentation du Dakar. Un Dakar qui s'élance d'Asuncion (première visite du Paraguay) et reste longtemps en Bolivie (une autre première.) Par contre, la deuxième semaine, ça sera du "WRC" en Argentine...
Ca faisait bizarre. Déjà, on n'était plus au Pavillon Gabriel, mais dans le Bois de Boulogne. Il n'y a plus Enrique Meyer, l'inamovible ministre du tourisme argentin, ni Gérard Holtz. A la place, il y a Victor Pecci, finaliste de Rolland Garros reconverti ministre des sports du Paraguay, Marc Coma et Asimo, désormais chez France Télévision. Au fil de mes études, j'ai appris l'italien, l'anglais, l'allemand, le grec ancien, le japonais et le mandarin... Le castillan n'est pas dans la liste. Mais bon, pour comprendre "evenementos de deporte mas importante de storia de Paraguay" (NDLA : ou quelque chose approchant), pas besoin de traduction...
Pour une fois, j'ai pu avoir une photo à peu près propre de Stéphane Peterhansel. Vainqueur sortant, c'est le favori logique.
Nasser Al-Attiyah change encore d'équipe pour 2017. L'ex-pilote Mitsubishi, BMW, Volkswagen, Hummer, Jefferies et Mini va tenter de jouer les trouble-fêtes avec son Hilux. L'homme au portable, c'est Thierry Stéphane Provost, ex-navigateur en WRC et désormais boss de Toyota en rallye-raid.
Cette année, Carlos Sainz et Sébastien Loeb ont brillé par leur absence. En revanche, Daniel Elena est là. L'air de rien, c'est le coéquipier le plus célèbre du monde. N'empêche, sa polaire a l'air très douce. M. Peugeot Sport, vous n'en auriez pas une en taille L, en rab' ? Euh... C'est pour un ami.
Vladimir Chagin, septuple vainqueur du Dakar (donc le deuxième pilote le plus titré, derrière Peterhansel) et patron du team Kamaz. Il est aussi la deuxième personne qui sourit le moins souvent, derrière Kimi Raikkonen.
Peu connu du grand public, mais très talentueux, Christian Lavieille fait également parti du team Toyota.
Philippe Croizon, quadriplégique et pilote de Buggy. Chapeau bas.
Zhou Yong, le meilleur pilote Chinois. La dernière fois que je l'ai croisé, c'était à l'aéroport de Pékin... Comme au Taklimakan Rally (où je lui ai personnellement remis un trophée), il coache He Zhitao.
D'habitude, il y a environ 150 voitures. Cette année, ils ne seront que 83. Quand j'ai eu le dossier de presse, j'ai vu la liste et je me suis dit : "Où est le deuxième feuillet ?" Eh non, il n'y a pas de deuxième feuillet ! Quant aux pilotes comme Guerlain Chicherit, habitué des inscriptions de dernière minute, ils resteront à quai. Quelle tristesse.
Voilà, le vainqueur se cache parmi ces trois-là. En tant que patriote, j'aimerais bien voir l'une des Peugeot 3008 DKR s'imposer. Ou bien que les favoris se plantent que Lavieille s'impose.
Côté moto, si j'ai bien compris, neuf des dix favoris sont sur Honda. La dixième, c'est cette Husqvarna. En Bolivie, les pilotes passeront une semaine entre 3 500m et 6 500m. Pour les motards, ça sera une sacrée épreuve. Signalons aussi les débuts de Hero, un constructeur Indien (et ex-allié de Honda.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?