vendredi 30 novembre 2012

Formule 1 2012: my two cents

Il y a une semaine, le rideau tombait sur Interlagos. Un champion a été désigné et c'est logiquement l'heure du bilan. 1) Il y a trop de Grand Prix! 20 courses en 2012 (un record), c'est trop! Je me souviens de 1995. A l'époque, on disait que 17 Grands Prix, c'était n'importe quoi (d'autant que Schumacher avait été titré dans l'antépénultième manche.) Là, on en revient au CART des années 80-90... Y compris pour la qualité des circuits!
2) Vettel über alles. 3 titres consécutifs. Seuls Fangio et Schumacher ont fait aussi bien. Certes, l'Allemand possède une F1 sur mesure, mais il a fait preuve de patience et d'abnégation. Dans la première demi-saison, chaque pilote a son quart d'heure de gloire, même Maldonado! Il y a une véritable "lotterie Pirelli". A ce moment-là, Alonso est le "moins pire". Puis les choses se décantent à l'été. L'avance de l'Espagnol fond comme neige au soleil. Vettel donne un coup de collier et il repasse devant. A partir de là, il n'a plus "que" à gérer.
3) Comme disait le méchant dans Over the top: "Le deuxième, c'est un con!" Forcément, Alonso semble palot par rapport à Vettel. Plus sérieusement, la formule "tous derrière Alonso" a montré ses limites. Je ne comprends pas la politique de Ferrari: "Ca fait 3 années de suite qu'on perd. Donc, on poursuit avec les mêmes!"
3) Quelle est l'écurie qui a gagné le plus de victoires en 2012? Ferrari? Red Bull? Non, c'est McLaren, avec 7 succès. Mais c'est aussi le top-team qui connait le plus d'abandons (10.) Total, ni Button, ni Hamilton ne terminent sur le podium final. La fiabilité reste LE talon d'achille de Wocking. J'espère qu'ils feront mieux en 2013. Peut-être que Perez insufflera un peu de fraicheur.
4) Chez Renault, j'ai été surpris (dans le bon sens) par Raikonnen. En 2013, il pourrait être un "client". Reste son équipier... Trop de pression? Une crise de jmeladonnisme? Des pannes de cerveau répétées? En tout cas, Grosjean s'est montré bien décevant. En piste, il est aussi rapide que "Iceman"... Mais ça, c'est lorsqu'il arrive à passer la chicane, ce qui est du domaine du rarissime. Il n'a pas sa place dans une équipe comme Lotus GP. Il devrait faire un stage en fond de grille, le temps de mûrir.
5) Schumaqui? Les adieux de Schumacher sont presque passés inaperçu. C'est désormais le cas d'école du retour mi-figue, mi-raisin. 3 saisons, 1 podium et beaucoup de fautes de pilotage. Son étoile de septuple champion du monde a beaucoup pâli. La meilleure preuve, c'est que l'annonce de sa retraite, puis son départ effectif, sont quasiment passés inaperçus.
6) Vergne ou Pic? J'attendais beaucoup de Jean-Eric Vergne. Il a fait mieux que Daniele Ricciardo, mais il ne l'a pas "tué". En 2013, JEV n'aura pas le choix. La filière Red Bull ne fait pas de cadeaux et Antonio Felix da Costa risque de s'inviter chez Toro Rosso. Du coup, l'équation est simple: soit il triomphe et on lui offre la Red Bull de Webber, soit il fait une saison moyenne, avec le risque d'être remplacé par le Portugais... Un mot tout de même sur Felix da Costa. Il a longtemps été un pilote talentueux, mais aux poches vides. Depuis son arrivé à l'été chez Red Bull, il a squatté les podiums de GP3, de FR3.5 et de F3! Je suis content de le voir à ce niveau. Et Pic? C'est compliqué de juger un pilote de fond de grille: on manque de repères.
7) Williams touche le fond. Le tandem Maldonado-Senna était une mauvaise blague, indigne d'une équipe autrefois championne du monde. J'espère que Bottas s'affirmera comme un vrai leader et qu'on reverra des sponsors sur les pontons des Williams.
8) Les "nouvelles équipes" ne sont plus aussi nouvelles que ça. Pourtant, il reste un fossé entre Marussia, Caterham, HRT et les autres. La preuve: pour la troisième année consécutive, aucun d'eux ne marque de points. Pour 2013, Marussia et Caterham promettent une bond en avant. Mouais.
9) La fin du voyage pour HRT? C'est toujours triste de voir une équipe sombrer. Après, HRT rappelle des écuries comme Pacific, Coloni ou Forti: un budget inadapté, un châssis antédiluvien, d'improbables pilotes... En plus, HRT change de mains chaque année... La possible embauche de Ma est un gag de plus. Le pilote Chinois n'a pas démontré grand chose jusqu'ici, d'ailleurs, il n'a couru que sporadiquement. Même Karthikeyan ne veut plus de cette galère, c'est dire!
10) Les motoristes. Actuellement, ils ne sont plus que 4 pour 12 équipes. Renault motorise 4 équipes et Cosworth (qui, paradoxalement, a vocation à vendre des moteurs), "seulement" 2. C'est une situation précaire: en cas de départ d'un motoriste supplémentaire, les 3 autres seraient incapables de fournir le plateau. On parle de Honda et même de Porsche, mais pour l'instant, il n'y a que l'herbe qui verdoie et la route qui poudroie...

mercredi 28 novembre 2012

Dés que le vent tournera...

Avouez que c'est une vision plutôt insolite dans les embouteillages parisiens!

mardi 27 novembre 2012

Faux vintage

Une fausse Mini vintage: une modèle des années 90, mais avec calandre, clignotants et badges d'une Cooper "S" des années 60.

C'est la première fois que j'en vois une comme ça!

Dakar 2013 (3), Red Bull

On termine par le hors-sujet.

Pendant la présentation Red Bull, une femme passe dans l'allée centrale pour distribuer des canettes. Elle est en jeans-baskets, mais son maillot baille un peu beaucoup. Ainsi, on a une vue panoramique lorsqu'elle fouille dans son sac...
Bien sur lorsqu'elle a vu mon appareil-photo, elle s'est mise de biais...
Une MINI Red Bull. J'en ai vu des dizaines et pourtant, à chaque fois, je les photographie!

lundi 26 novembre 2012

Dakar 2013 (2)

D'ordinaire, j'aime bien saisir des instants sur le vif. Le problème de ce genre d'évènements, c'est qu'ils se déroulent dans une quasi-obscurité. Si vous prenez de photos de loin, vous aurez un truc flou.
Alors pour le Dakar 2013, j'ai vraiment pris les pilotes de près. Inconvénient: ça a un côté photomaton...

On commence avec Paul Belmondo. Pilote éclectique, il a disputé 6 Dakar. De mémoire, en 1997, il était navigateur de Bertrand Gachot sur un Chevrolet Blazer. Et ils se sont perdus dans le désert. Ensuite, il reviendra, mais dans le baquet de gauche.
Joan Barreda, pilote du team Husqvarna.

Pendant la présentation, il a cabotiné à mort. "C'est bon, tout le monde m'a vu? Non? Alors, hop, je refais un aller-retour dans l'allée centrale de la salle!"
Luc Alphand, alias "Luccho".

Un sportif incroyable.

Dans une première vie, il est skieur de descente et remporte 3 fois la Coupe du Monde.

En 1997, il raccroche les skis et il passe à 4 roues. Il court de front les rallyes-raids et le GT-FIA. En plus, il monte sa propre structure, Luc Alphand Aventures.
Débuter en sport auto à la trentaine, c'est un sacré handicap. Pourtant, il remporte le Dakar 2006, après plusieurs place d'honneur.

En 2009, il passe à 2 roues et se blesse grièvement lors d'un enduro.

Mais en 2011, il se lance dans les transats!

Là, il est présent en tant que consultant France Télévisions et monsieur loyal de Red Bull.
Et avec un micro aussi, il est talentueux!
Carlos Sainz, le "matador", double-champion du WRC, avec 96 podiums à son actif et près de 20 ans de carrière.

En piste, il est impressionnant, car au cours de sa carrière de rallyman, plusieurs générations de pilotes défilèrent et pourtant, il s'est toujours maintenu dans le top 5.
Il est aussi l'un de ceux qui a le mieux négocié la médiatisation du WRC. Il est soutenu par Repsol et Telefonica, mais il a su leur dire "non".
Et surtout, il a ce côté "mec sympa". Sur l'estrade, il plaisante, il raconte des anecdotes... C'est tellement rare aujourd'hui!

Aujourd'hui, la cinquantaine bien sonnée, il replonge dans le Dakar. Avec une équipe débutante, sur un véhicule qu'il ne connait pas. Pour 2013, il peut à peine espérer un podium. Et pourtant, il est là! C'est dire si c'est un compétiteur né...
Nasser Al-Attiyah, tout sourire.

Encore un gars qui a plusieurs vies: pilote privé de WRC, pilote de rallye-raid (avec un Dakar à la clef), champion olympique de tir... Et le plus incroyable, c'est qu'il mène tout ça de front!

A mon avis, sur Citroën Sport, il s'est vu beau. Il a pris ses désirs pour des réalités.
Vladimir Chagin. Pendant toute la journée, je l'ai vu de dos, juste devant moi, avec sa polaire Kamaz qui doit remonter à l'époque où il y avait une URSS... Je l'avais pris pour un simple journaliste Russe.

En fait, il est décuple vainqueur camion du Dakar!
Désormais, il manage l'équipe Kamaz.

Kamaz est soutenu par Red Bull. D'où sa présence sur l'estrade du sponsor avec un traducteur (aux allures de garde du corps.)
Chagin n'est pas du genre rigolo et la conférence patine. Luccho tente alors une boutade: "T'as arrêté après 10 Dakar parce que t'arrivais pas à battre Peterhansel, hein?" Là, Chagin a lancé un regard noir à Alphand, genre: "T'es un comique, toi! Tu sais ce qu'on fait aux comiques, chez nous?"

dimanche 25 novembre 2012

Dakar 2013 (1)

Pour la deuxième année consécutive, j'étais invité à la présentation du Dakar.

Maintenant, au pire, dans mes vieux jours, je pourrai dire: "...Et j'ai fais plusieurs Dakar." En "oubliant" de dire que par "plusieurs", je veux dire "deux" et que par "Dakar", j'entends juste la présentation sur les Champs Elysées...
Le gros point fort de la journée, c'est de voir les hommes et les machines du prochain Dakar.

Voici donc la MINI All4 X-Raid de Stéphane Peterhansel. Vainqueur en titre, "Peter" est archi-favori. D'autant que la concurrence est décimée.
Le Dakar, c'est aussi les gros 4x4, comme ce Hilux.
Enfin, en 2013, les buggys opèrent un retour, avec le team Red Bull-Qatar (je reviendrai dessus) et Guerlain Chicherit.
Un peu plus loin, il y a ce BMW X5 d'assistance. C'est un peu bizarre de se dire que ce X5 doit "assister" une MINI All4, davantage taillée pour le hors-piste, mais bon...
La présentation, c'est avant tout une série de speechs. Pour des raisons évidentes, j'illustre cette partie par la ministre du tourisme du Pérou.
Les discours des ministres est fait de pragmatisme: le Dakar, c'est des touristes, de la notoriété, des entrées de devises.

Il y a de plus en plus de pilotes sud-américains. Néanmoins, ça reste une compétition par et pour les Français.
Daniel Bilalian, présent en tant que directeur des sports de France Télévision. Il est tout fier d'expliquer que sa chaine vend aux TV du monde entier les images du Dakar, depuis 20 ans.

Et les politiques, ils sont où? On n'a même pas un sous-secrétaire d'état! Et l'an dernier, sous Sarkozy, c'était pareil. Ah ça, Arnaud Montebourg peut bien poser avec sa marinière...

Gérard Holtz. Cette année, il n'a pas fait de speech. Il s'est contenté de saluer ses collègues de France TV (qui occupent les premiers rangs.)
Notez que comme tous les gens un peu cabots, il retire ses lunettes dés qu'il est dans un lieu où on pourrait le photographier...

jeudi 22 novembre 2012

Vues à Vincennes...

J'étais à Vincennes durant un dimanche "normal". Ca ne m'a pas empêché d'y croiser des anciennes.

On commence par cette BMW 1602 originaire de Grèce (!)

Je suis désolé, mais lorsque je pense "BMW 02", j'en imagine une calciné au pied de tours HLM. Je ne suis pourtant pas pyromane! C'est juste la faute au film La smala, diffusé, rediffusé et re-rediffusé par M6. Or, au début, on y voit des sauvageons de banlieue faire un rodéo avec des BMW, puis les brûler.
Une Alfa 75 V6 America. Le summum des Alfa 75, en terme de motorisation et d'équipement.

"America", car Alfa avait prévu cette version pour les US. Il y vendait des 75 et des 164 dans le réseau Chrysler (déjà!)
Depuis, le retour d'Alfa est un marronnier. Mais là, ils n'ont plus grand chose de "vendable". Les Américains n'ont pas envie de Mito Multijet...

Au prochain salon de Detroit, il y aura une "presque Alfa", la GAC Trumpchi. Cette berline chinoise cache une plateforme d'Alfa 166.
En 2007-2008, ChangFeng était venu à Detroit. C'était l'époque où les constructeurs chinois avaient les yeux plus gros que le ventre. ChangFeng, modeste assembleur de Pajero sous licence, s'associe à Bird (qui a repris les téléphones de Sagem.) ChangFeng arrive avec des Pajero relooké et des CD-Rom en engrish. Il commence à monter un réseau et rêve de racheter Hummer... Le monospace Bird Kirin est un flop (en Chine.) L'équipementier téléphonique, en faillite, retire ses billes. Changfeng brûle ses derniers yuans dans un projet de berline. En 2010, GAC arrive à la rescousse. Il lorgne uniquement sur l'accord avec Mitsubishi. Ainsi, GAC va produire des ASX pour la Chine. Peut-être qu'il va aussi essayer de ressusciter le réseau US de Changfeng.
Après, on l'a dit, la Trumpchi, c'est une 166 recarrossée. Ce n'est pas avec ça qu'on peut conquérir l'Amérique! Même en Chine, on trouve plus moderne chez les marques "pures".

mardi 13 novembre 2012

Aux Champs-Elysées... (air connu)

Les Champs-Elysées, c'est le rendez-vous permanent des belles voitures.
La bonne blague, c'est que cette fois, c'est lorsque j'ai quitté l'avenue des Champs Elysées, que j'ai croisé des modèles intéressants.

On commence par cette Maserati Coupé.
Une MG B cabriolet.

Désolé, je n'ai toujours pas la moindre actu sur la marque à l'octogone.
Il y a juste eu un chargement de MG5 qui sont arrivés au Vietnam. Mais ça ne méritait pas un article...
Une Triumph Herald cabriolet. A cause de Top Gear, quand je vois une Herald, je l'imagine avec un mat!
Une Audi R8 Spyder. Je sais, mais la règle du spotting dit qu'on doit prendre au moins une photo de GT...
Un Fiatou avec un pare-buffle!

Dans son plan anti-pauvres, Bertrand D. veut (entre autres) chasser les voitures de plus de 17 ans de Paris et la proche banlieue.
C'est du populisme boboïsant car l'âge moyen du parc est de 7 ans. Donc, le 17 ans et + représentent une part marginale de la circulation. En plus, elles roulent peu. Soit leurs propriétaires n'ont pas les moyens de rouler beaucoup. Soit ce sont des "voitures de collection", donc des 2e ou 3e voiture.

Ma question, c'est comment va-t-il le mettre en pratique? Va-t-on former les agents de police à distinguer un millésime 1995 d'un millésime 1996? Quid des voitures, comme cette 500, immatriculées dans Paris? Verra-t-on un pied géant sortir de terre pour les catapulter?
Non, ce n'est pas ma voiture! C'est un bien une MX-5 NC FL HC 2,0l noire.
Mais la mienne a une grosse différence: je roule capote fermée et chauffage à fond!

On termine par cette Princess Vanden Plas. Une citadine premium avant l'heure.

Trop souvent, dans l'industrie, on se dit "1+1=2", voir "1+1+1=3". Non, les choses ne sont jamais aussi simples.
L'industrie anglaise en a fait l'amer expérience. Des fusions mal organisées, qui n'apportent rien, des doublons à tous les étages... Ca ne pouvait que s'effondrer. Même si la crise de 1973 et les grèves de la fin des années 70 n'aidèrent pas...

Le gag, c'est que BMC s'est dit: "On n'a pas encore assez de labels! Détachons Mini et Princess d'Austin pour en faire des marques!"

lundi 12 novembre 2012

Fiat de compétition au Fiat Motor Village

D'ordinaire, les constructeurs exposent de belles voitures sur les Champs Elysées. Là, après les 75 ans de Toyota, je suis resté sur ma faim. Rien de neuf chez Peugeot, que des Classe A chez Mercedes, que des Clio chez Renault... Puis il y a le Fiat Motor Village.

Ce lieu, en bas des Champs Elysées, était quasiment vide un samedi après-midi!

Dommage, car il réserve souvent de belles choses. Actuellement, le groupe Fiat expose des voitures de compétition.
On est ainsi accueilli par cette bestiale Maserati MC12.
Puis, en vitrine, il y a une Ferrari 641 ex-Alain Prost. Ah, 1990... Ferrari voulait Ayrton Senna, mais il minaude. A la surprise générale, Prost signe avec la Scuderia, alors qu'il décroche un 3e titre.

Le Français effectue un boulot formidable, avec 5 victoires à la clef.
Mais Nigel Mansell ne veut pas être "N°2". Après tout, il est le dernier pilote à avoir eu un contrat paraphé par Enzo Ferrari! "Il leone" pète les plombs à Suzuka. Double-abandon. Ferrari perd les deux couronnes.

Pour 1991, Mansell retourne chez Williams. Prost sera épaulé par un tifoso surmotivé: Jean Alesi. Tout va bien se passer, non? Non?
Une Alfa Romeo 33, championne du monde des marques en 1975.

C'est un peu un titre par défaut. Matra et Ferrari out, Porsche réduit à en ressortir ses 908, le titre ne peut échapper à Alfa!

Carlo Chiti est un ingénieur de génie. Mais en terme de méthodes, il n'a pas évolué depuis les années 50. D'après Gérard Ducarouge, la moitié de l'entrepôt d'Autodelta est rempli d'un bric-à-brac improbable. Et tous les ingés ont plus de 70 ans!
C'est sans doute ça qui bridera Alfa en proto, puis en F1.
Lancia Delta HF Intégrale groupe A.

La carrière de Michael Schumacher s'étale sur 20 ans. Du jamais vu en F1. Pour autant, sa Mercedes W03 n'est pas si éloignée de sa Jordan/Ford 191.
Songez à Graham Hill, en 18 ans de F1, il voit apparaitre le moteur central, les ailerons, les slicks, les radiateurs latéraux...

Et Juha Kankkunen, qui a piloté cette Delta? Il commence sur une Ford RS2000 (propulsion 2 roues motrices), il passe à la Peugeot 205 T16 groupe B (moteur central et 4x4), puis c'est les groupe A (Delta puis Celica) et enfin, les WRC (avec Ford, Subaru, puis Hyundai!)
Lancia Fulvia HF ex-Sandro Munari. Le manager de l'équipe est Cesare Fiorio, qui s'occupera de Ferrari à l'arrivée de Prost...

Aujourd'hui, Sergio Marcchione dit que Lancia aura droit au minimum syndical: des Chrysler avec un nouveau badge.
Les gens oublient la première partie du discours, où il dit: "Les poches de Fiat sont vides; heureusement qu'on a Chrysler..."
En automobile, rien n'est jamais cuit. Tout est une question d'ambition et de moyens financiers. Là, Fiat n'a ni l'un, ni l'autre pour Lancia.
Le seul moyen de remonter la pente, ce serait que Chrysler marche. Et que les dirigeants voient au-delà de l'Italie...
Etre et avoir été. C'est presque cruel d'exposer une Abarth Grande Punto IRC aux côtés de voitures ayant participé (et gagné) à des championnats du monde.

Qui connait le nom du dernier champion d'IRC? Qui sait que Peugeot et Abarth y sont officielement impliqués?
Remarquez, qui peut citer, de tête, les noms des équipages "usines" du WRC 2012? Pas facile, hein?

J'ai conduit une Abarth Grande Punto de route. Un tempérament volcanique, un beau bruit... Mais par contre, on dirait juste une Punto Multijet tunée. Pour pécho, c'est zéro!
Pour finir, dans un recoin, à moitié dans l'ombre, une Abarth 500.

A chaque salon, Fiat se croit obligé d'envoyer un communiqué par marque. Moi, à chaque fois, j'ouvre frénétiquement celui d'Abarth. "Ca y est? Enfin le fameux coupé? Même en concept-car, je suis preneur!" Et donc, à chaque fois, c'est la déception. Rien de neuf; juste une Abarth 500 avec de nouveaux autocollants!

Abarth, c'est aussi la F3 et une formule monotype (déclinée en Amérique du sud et en Chine.) Au Brésil, il y a une Copa Fiat avec des Linea "silhouette". Dommage qu'ils ne communiquent jamais dessus.
S'ils ne savent même pas "vendre" leurs atouts, ça sera dur de dire du bien d'eux...

dimanche 11 novembre 2012

Toyota fête ses 75 ans sur les Champs Elysées

En ce moment, au Rendez-vous Toyota, le constructeur japonais fête ses 75 ans. Pour l'occasion, il expose plusieurs modèles anciens.

En tant que fan de voitures exotiques, je me devais d'y faire un tour!

On commence par ce Land Cruiser FJ25.
Au salon de Genève 2010, il y avait un FJ40. Là, c'est un modèle encore plus ancien. On sent bien qu'ils se sont "inspirés" de la Jeep.

Notez que j'ai toujours mon FJ40 Majorette. Il est plus que cabossé, mais il a tellement d'histoire que je ne peux pas m'en séparer...
La Toyota AA brille par son absence. Il faut se contenter de ce poster.

Le constructeur a produit une poignée de AA à la fin des années 30. Ses toutes premières voitures particulières.
50 ans plus tard, il en cherche une pour son musée. Sans succès. Alors, il en fait construire plusieurs répliques par les ouvriers de l'époque.

Récemment, une épave fait surface en Sibérie. Son découvreur jure que c'est une AA.
On peut la voir au Musée Louwman, près d'Amsterdam.
Une Toyota Corona. Je n'en avais jamais vu en vrai... Et franchement, je la trouve très moche.
La Toyota Corolla, première du nom.

Taiichi Ohno en parlait avec fierté. Il faut dire qu'avec la Corolla, Toyota grandit. Le marché japonais est en plein boum; la classe moyenne a enfin les moyens de s'acheter des voitures. En plus, Toyota commence à exporter en Australie, aux Etats-Unis et en Europe (il y a d'ailleurs une Corolla identique -la même?- au Louwman Museum.)
La Toyota 2000 GT. Il y en a aussi une au Louwman Museum. Les autres journalistes s'extasiaient dessus, alors que la star, c'est la Shanghai SH 760!

Avec Ohno, Toyota développe le mythe d'un constructeur qui s'est construit de lui-même.
En fait, il a bien sur reçu des influences extérieures.
La 2000 GT, première GT de Toyota, en est le paroxysme. C'est un projet développé par Yamaha, pour Nissan, avec l'équipe de Caroll Shelby. La ligne est signée Albrecht Graf Goertz (d'où sa ressemblance avec la Datsun 240Z.) Toyota s'est contenté de le reprendre.
Toyota Sports 800. Là, pour le coup, je suis en émoi!

La Sports 800 est un genre de "coupé popu". La conséquence, c'est qu'ensuite, beaucoup sont parti à la casse. Leurs propriétaires n'avaient pas l'impression d'avoir une voiture rare.

Seules 400 auraient survécu.
La Celica GT est à peine plus récente que les autres. Néanmoins, on la sent beaucoup plus aboutie.

Au tournant des années 70, Toyota passe un nouveau cap. C'est désormais un vrai constructeur d'envergure mondiale. Dans les salons occidentaux, il fait parti des meubles.
Bientôt, il se lancera en rallye et en endurance, sans aucun complexe vis-à-vis des ténors.
On termine par un saut de près de 40 ans, avec la GT86.

Aujourd'hui, Toyota semble maudit: affaire des pédales, tsunami au Japon, inondations en Thaïlande, litige territorial avec la Chine (avec boycott des produits japonais)...
Ca fait longtemps que le constructeur n'a pas eu un semestre "normal". C'est aussi la rançon d'être un leader mondial: on est plus exposé.

Les Prius qui ont pris feu suite à Sandy sont passé inaperçu. Fox News doit trouver la bête assez blessée. Dommage, ça ferait un bon film comique: "Merde, le parking est inondé! - T'inquiètes, si elle sèche, elle repartira. [voiture qui prend feu.] Euh... P'tet pas."

jeudi 8 novembre 2012

Seat Mii: métro, c'est trop

Je ne suis pas fan des Seat Mii/Skoda Citigo/VW Up!, mais par contre, je suis 100% d'accord avec la pub.

Promiscuité, retards, pickpockets... Les transports en commun aux heures de pointe, ce n'est jamais agréable.
Pas plus tard qu'hier, il y a eu une maxi-panne dans tous le nord-ouest parisien. RER, banlieue, TGV, TER... Tout a été bloqué de 18h à minuit! Le plus fort, c'est que la SNCF se défausse: la panne a été résolue en "seulement" une heure, mais ce sont la présence de gens sur les voies qui ont bloqué tout le réseau! C'est le genre de trucs toujours agréable à entendre...

J'espère qu'un jour, la mairie de Paris arrêtera l'idéologie pure et qu'ils réfléchiront à des alternatives à la voiture. Ils ont beau mettre des zones 30, des couloirs de bus et des zones de travaux, il y a des voitures dans Paris! Il faudrait qu'ils se demandent pourquoi...
Là, discrètement, le projet de super-métro autour de Paris a été discrètement enterré, au nom des économies budgétaires.

Et donc, jusqu'à nouvel ordre, les gens préféreront grossir les embouteillages plutôt que d'aller s'enfermer dans un RER...

mercredi 7 novembre 2012

Saviem SG2

Un camion des années 70 qui rend encore visiblement bien des services. Plus précisément, il s'agit d'un Saviem SG2 (qui a eu l'honneur de deux conducteurs du jour, ici et ici.)

Pour rappel, "Saviem" était un constructeur issu du regroupement de divers fabricant de poids-lourds français et chapeauté par Renault. A la fusion avec Berliet, Saviem deviendra Renault V.I. Mais les bus Saviem de la RATP rouleront encore très longtemps après cela...

L'intérêt d'immortaliser un SG2 n'est pas évident pour tout le monde:
"Pourquoi tu prends ce vieux camion en photo?
- Parce que c'est un vieux camion!
- Ah?"

mardi 6 novembre 2012

Caterham-Alpine, my two cents

L'actualité de la semaine, c'est la joint-venture Caterham-Alpine.

Ainsi, Caterham et Renault/Alpine fondent une société commune.
Dans 4 ans (pour le Mondial 2016?) elles présenteront chacune leur version d'un modèle sportif.

Sur le fond, il y a largement de quoi se réjouir. Depuis 1996, Dieppe a surtout produit des rumeurs. Là, ça y est, c'est officiellement officiel: Alpine est de retour! En plus, "l'Elise de Caterham" prend aussi forme.

Hasard ou coïncidence, le rachat de Caterham par Tony Fernandes et les premières rumeurs d'Alpine sont contemporaines (été 2011.) A l'époque, je trouvais étonnant la complaisance de Renault vis-à-vis du Team Lotus. Tout le monde crache sur Fernandes. Le plaignant est l'ex-écurie Renault. Et pourtant, il laisse le Team Lotus afficher son "Powered by Renault".
Moi, je me doutais que Renault ne pouvait pas agir seul.
A quoi bon développer une plateforme inédite pour maxi 1000 ventes par an? Il y a l'exemple du Spider Renault Sport. Faire une Alpine sur base Clio? Le bide de la Wind montre que Renault ne doit pas faire dans la demi-mesure.
J'aurais plutôt misé sur un coupé Infiniti/Red Bull développé au Japon et Renault qui s'en sert pour créer une Alpine. Ou alors, avec la connexion Mercedes, un projet sous-traité de A à Z à HWA.

Il y a pas mal de zones d'ombre sur ce dossier.
1) Ainsi, ça fait un an et demi que Caterham et Alpine travaillent (ensemble?) sur un projet. Pourtant, il leur faut 4 ans pour l'industrialiser? Donc, ils ont rien fichu pendant ce laps de temps?
2) -c'est plus frivole- est-ce que l'écurie va encore changer de nom? Deviendra-t-elle "Alpine F1 Team"? Ca serait une sacrée revanche sur l'histoire!
3) Caterham a tout à prouver en matière d'ingénierie. Développer une énième évolution de la Seven ou partir d'une feuille blanche, ça n'a rien à voir. La SP/300.R est une création de Lola. En plus, le gros défaut des Alpine, c'était la finition. Pour le nouveau modèle, s'il est vendu dans le réseau Renault, il faudra un produit très abouti. La barre est donc très haute.
4) Tony Fernandes n'est pas très "coopération". En 2009, Litespeed l'appelle pour qu'il négocie l'utilisation du nom "Lotus" auprès des Malaisiens. Total, il embarque Mike Gascoyne et reprend le projet F1 à son compte! Ensuite, Proton lui fait un deal: "Si tu gagnes, c'est grâce à nous; si tu perds, c'est ta faute." L'air de rien, il échafaude sa propre structure dans le dos de Proton. Lorsqu'ils lui retirent son imprimatur, il leur fait un bras d'honneur et il continue! Caterham? "On touchera à rien; je respecte l'entreprise." N'empêche, le groupe Caterham actuel n'a plus rien à voir avec l'ancien et il a placé ses hommes comme conseillers. Air Malaysia? L'état lui file des actions en échange de son silence sur Lotus/Proton. Il n'est qu'actionnaire minoritaire et n'est pas écouté. Il fini par claquer la porte. Bref, je vois mal Fernandes en allié de Renault. C'est un self-made-man; il veut être seul maitre à bord.
A mon avis, soit Renault est naïf (peu probable.) Dans quelques mois, Fernandes retire ses billes, le temps que le projet soit bien avancé et il va produire seul son Elise (sachant que Caterham aura a priori la main sur la conception.) Soit Renault veut faire avec Renault Sport ce qu'il a fait avec Renault F1 Team: il revend bout par bout son entité. A quoi bon s'embêter d'un site dédié pour RS? Il pourrait rapatrier les Clio RS à Flins (ce qui remplirait un peu les chaines.) Et l'usine Alpine de Dieppe est revendue à Caterham.

samedi 3 novembre 2012

Mariage en bus

Eh oui, même pour se marier, les bobos prennent le bus!

Une Lotus Elise dans Paris

Une Lotus Elise traversant la Seine...

Du temps de Dany Bahar, Lotus émettait au moins un communiqué par semaine. Il y avait toujours une Evora avec une déco spéciale, un visiteur à Hethel, une soirée pipoles, une actu sportives...
J'avoue que c'étaient des articles quasiment prêt-à-poster (d'autant qu'ils étaient toujours illustrés par des photos sympas.)
Aujourd'hui, le site presse et la page Facebook de Lotus sont mis à jour tous les 36 du mois. C'est vrai qu'ils n'ont plus les moyens d'organiser des sauteries avec Swizz Beatz et Naomi Campbell. Néanmoins, j'ai surtout l'impression qu'ils ont viré pas mal de monde au service presse...
Trêve de plaisanterie, il ne se passe pas grand chose. Seul le couteux programme Indycar a été sacrifié (ce qui est triste, mais prévisible.) Il y a juste une énième rumeur de vente de Lotus F1 GP à Proton et des histoires d'Anglais remplacés par des Malaisiens.

vendredi 2 novembre 2012

MG TF

Cette fois-ci, c'est bien une TF!
Sur la fin, Rover-MG avait tendance à leur donner des couleurs criardes (une tradition hélas poursuivie par NAC.) Heureusement, celle-ci est d'un classique vert anglais.

Avant, j'écrivais presque toutes les semaines un article sur MG. En ce moment, c'est calme. On attend toujours la MG6 diesel, la MG3 "européenne" ou une quelconque annonce sur l'Europe continentale.
MG UK a vendu 72 voitures en septembre. Reste à savoir si c'est le début d'un décollage ou juste les effets d'une énième opération ponctuelle de promotion.
Dommage que Jason Plato n'ait pas remporté le titre en BTCC. Néanmoins, la MG6 est descendue de chandelles pour la manche d'ouverture. En plus, quand Gordon Shedden avait une faiblesse, Matt Neal était là. Alors que lorsque Plato avait un pépin, Andy Neate était en queue de peloton... Au moins, c'est le premier vrai programme sportif de MG depuis son rachat par les chinois. A quand une MG6 sportive de route?

Plus généralement, c'est tout le marché chinois qui est calme. On l'oublie, mais eux aussi, ils connaissent une crise. Suite à la bagarre pour des ilots, les Japonais sont boycottés, mais les autres en profitent à peine.
On voit qu'il y a deux écoles. La plupart ont levé le pied sur les nouveautés, y compris les modèles présentés au printemps, en attendant des jours meilleurs. Byd, Geely et Haima lancent des voitures malgré tout. En même temps, ils ont tous les trois des souci financiers et ils ont besoin de croissance immédiate.

P.S.: oui, la voiture au fond, à gauche, est une Lancia Thesis.