lundi 28 février 2011

Une Ducati

Désolé, Valentino Rossi, Guido Brasletti et tous les autres... Moi, désormais, toute "Ducati" me fait systématiquement penser au film Tron: Legacy.
Alors quand j'ai vu cette Ducati Monster en bas de chez moi...

Le sponsoring du constructeur Italien n'était pas très discret. Un utilisateur de Tweeter a même résumé le film en disant que "c'est l'histoire d'un mec en Ducati qui cherche un CD de Daft Punk".
Le truc que je n'ai pas supporté, c'est le personnage entièrement en image de synthèses: pas du tout expressif, aussi mobile qu'un bloc de béton, le naturel d'un candidat de télé-réalité... Bref, ce "Sam Flynn" est à chier. Comment? C'est un vrai acteur en chair et en os? S'il a été payé au mouvement (y compris facial), son cachet n'aurais pas été lourd...

Bah, c'est un bon divertissement. J'espère que dans le DVD, il y aura davantage de scènes avec les lightcycles. Et j'espère aussi que dans le troisième opus, Sam Flynn se prend d'emblée un disque dans la gueule...

vendredi 25 février 2011

Renault Supercinq Bye Bye

Si j'ai bien suivi la leçon de Rétromobile 2011, la Renault Supercinq est désormais une "youngtimer". A fortiori cette ultime série limitée "Bye bye", produite à 2000 exemplaires fin 1996 pour clôturer la saga.

La R5 fut une idée de génie. Par sa configuration, très moderne pour l'époque, de citadine 3 portes avec hayon et traction avant (2 ans avant la VW Golf 1.) Par son côté caméléon: au gré des finitions, elle était luxueuse, sportive ou basique, féminine ou virile, etc. Et enfin, par sa bonne bouille. Ce n'était pourtant pas gagné, car elle était coincée entre la R4 et la R6, avec ensuite une R14 qui aurait du lui prendre des ventes sur les versions les mieux équipées... Au final, elle a fait le trou. Non seulement, elle a tué sa sœur-ennemi, la Peugeot 104, mais elle a tué la R6, a participé à la chute de la R14 et a marginalisé la R4.
En 1984, on disait que Renault avait eu un second coup de génie: faire une évolution en douceur; plus gros et plus carré. Comme VW avec la Golf 2. A l'instar de l'Allemande, la Supercinq a décontenancé ses fans. La Golf a pu se rattraper, faute de concurrentes crédibles et grâce à une stratégie marketing très agressive. La Supercinq n'a pas pu faire de même, car entre temps, Peugeot a lancé une arme de séduction massive, la 205. Pendant un temps, elles étaient au coude-à-coude. Puis la 205 s'est détachée.

En 1989, Renault a lancé la Clio (un patronyme qui marque une rupture avec les R5.) La Supercinq a alors joué les zombies. Il n'en restait plus que la version de base, avec un équipement réduit. Du low-cost avant l'heure. La Twingo aurait du la remplacer. Mais la micro-citadine plaisait surtout aux bobos, pas aux poches vides. Donc la Supercinq a poursuivi son chemin. Elle a permit de déverminer l'usine Slovène du constructeur (où sont actuellement produites la Clio Campus, la Twingo 2 et la Wind.)
La Bye Bye aurait du être un départ en fanfare, en fêtant au passage les 25 ans de la R5. Il n'en fut rien.

Aujourd'hui, je ne pense pas que la Supercinq soit vraiment collectionnable. Il n'y a pas de critères objectifs pour définir ce qui l'est ou pas. C'est davantage en fonction du rapport que les gens entretiennent avec et de sa place dans l'histoire. La 205 a permis à Peugeot de remonter la pente, elle a inauguré une identité visuelle de la marque et elle était assez mignonne. Du coup, les versions GTI sont devenues "collector, puis ce fut le tour de la version Rally et aujourd'hui, les versions Roland Garros et autres Lacoste accèdent à ce statut. Alors que la Supercinq, personne ne se retourne sur son passage. Je suis sur qu'il y a des GT Turbo et des Baccara qui ont été victimes des primes à la casse et leurs propriétaires n'ont eu aucun scrupule.

jeudi 24 février 2011

Un Auto-Hebdo gratos

Les experts sont formel: dés que quelque chose devient gratuit, il est plus sympa!

J'étais donc fier comme Artaban d'avoir un Auto-Hebdo gratuit!

Mais quand je l'ai ouvert, j'ai été déçu. C'est un peu comme un ex que vous avez quitté, que vous revoyez des années après et vous comprenez au bout 5 minutes que vous ne l'avez pas quitté pour rien. J'ai compris au bout de 5 minutes pourquoi j'en avais marre de payer 1,90€ chaque mercredi.

A la décharge du magazine, le métier de journaliste sportif s'est dégradé. Avant, seule une poignée de médias couvraient les championnats internationaux. Donc, ils avaient des rapports privilégiés avec les pilotes et les patrons d'écuries. Au fil du temps, des complicités se nouaient, on leur ouvrait des portes, on leur donnait des infos confidentielles...
Maintenant, il y a des dizaines et des dizaines de médias qui couvrent les championnats, presse, TV, internet... Il n'y a donc plus de complicités. Vous êtes perdu dans la masse. En plus, les écuries, même en FR 2.0, cherchent à maitriser leur communication. Terminées les confidences, place à la langue de bois officielle.
Au final, un magazine comme Auto-Hebdo apporte guère plus de valeur ajoutée que les communiqués de presse. D'autant plus que les écuries fournissent photos et interviews.

Au final, en restant chez moi, je fais (presque) aussi bien qu'eux! Prenez la rétrospective sur Vettel. J'ai écris la mienne en une matinée. Quelques infos biographiques piochées sur internet, des photos issues des écuries où il est passé et voilà! Le résultat est plutôt pas mal, non?
Alors que le journaliste d'Auto-Hebdo a été à Heppenheim (où il n'a rencontré personne), il a repris des bouts d'interview de Mario Thiessen et Fred Vasseur et au final... "Vettel est un surdoué." Wahou, ça, c'est du scoop! Je ne me serais jamais douté qu'un mec de 23 ans qui remporte un titre de F1 était un surdoué!
Et plus loin, il y a un cirage de bottes de Dany Bahar, comparé à Colin Chapman et de Clive Chapman. Le journaliste réussit à slalomer entre tous les sujets qui fâchent (disparition du Renault F1 Team, armée mexicaine de pilotes d'essais, utilisation des couleurs du cigarettier JPS, pipolisation de Lotus...) Il y a aussi un plaidoyer ridicule pour Pastore Maldonado et une surutilisation des photos officielles dans le guide F1. Et dire qu'il faudrait payer 3,90€ pour ça...

dimanche 20 février 2011

Apéro Blog

Le Blog Auto possède une "rédaction virtuelle": les rédacteurs communiquent via un Google Group.

Vous vous doutez bien qu'avec une vingtaine de personnes ayant une hétérogénéité d'âge, de milieu et de motivation, le ton monte parfois. Si ce n'était pas le cas, on serait des Bisounours!
En plus, les psychologues vous le diront tous, derrière un ordi, on est plus virulent (vu que la personne ne peut pas s'en prendre physiquement à vous) et on a tendance à surréagir à une attaque (comme on ne voit pas son interlocuteur, on ne sait pas s'il rigole, s'il est à moitié endormi, s'il est sérieux, s'il est en colère, etc.)

Il y a une quinzaine de jours, ça devenait un peu "chaud".

Christophe Schwartz, qui est désormais notre redac'chef, a eu l'idée de nous réunir. Plutôt que de monter sur un ring et de se mettre sur la gueule, il nous a proposé de boire une bière ensemble. D'où l'apéro blog.

Au passage, voici une partie des visages du Blog Auto: Bernard Muller, Clem, Alain Dalbem et donc, Christophe Schwartz. Santé!

jeudi 17 février 2011

Essai taxi Geely

Un essai très particulier (à lire ici.)

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le taxi Londonien sort de l'ordinaire. J'adore son look, gentiment désuet.
Maintenant, j'aurai une "histoire d'ancien combattant" de plus à raconter!

Pendant tout l'essai, j'étais avec l'importatrice, Elisabeth Young. J'ai pris des photos d'elles, mais comme toute femme qui se respecte, elle m'a dit: "NON! Je suis en Friday wear! Et puis, sur cette photo, je suis af-freu-se! Il ne faut pas les montrer, hein?"
Cela fait quelques années que je "suis" la responsable d'Asie Auto et franchement, c'est (de loin) le meilleur véhicule qu'elle ait tenté d'importer. Le Landwind "0 étoiles" ou la Brilliance BS6 avec son moteur de tracteur agricole, ils étaient invendables.
Au moins, le London Taxi a de vraies qualités (habitabilité, sécurité -pour le chauffeur-, accès handicapés, rayon de braquage...) Et surtout, c'est un véhicule connu de tous. Le grand public n'a jamais entendu parler de Brilliance, Byd, Chery, Great Wall, Lifan ou que sais-je. Par contre, tout le monde est allé à Londres et tout le monde y a vu le "black cab". Donc, il a une certaine notoriété et c'est toujours ça de gagné pour le vendre...

mardi 15 février 2011

Rétromobile 2011, post-scriptum

Souvent, dans les parages de Rétromobile, il y a des "youngtimers" garées dans la rue. Cette année, je suis sorti tard et je n'ai vu que cette Autobianchi A112.

J'adore les Autobianchi. Par contre, je n'aime pas trop la nouvelle Epsilon. Sur les photos presse, on dirait que quelqu'un s'est amusé à photoshoper une Lancia Delta pour en faire une citadine. J'espère qu'en vrai, elle est mieux...

Rétromobile 2011: 11. Simca Aronde

Suite et fin de cette sélection de Rétromobile 2011. Evidemment, il y avait d'autres belles voitures, mais ça fait 15 jours que le salon est terminé et il faut passer à autre chose, non?

Cette année, ça manquait de "popu". C'est vrai qu'il faut que ce soit un habile dosage. Les 4cv, 11cv, DS23, Dyna Z, 403, etc. point trop n'en faut, mais il faut quand même qu'il en ait...
J'ai oublié en quelle année je suis venu pour la première fois à Rétromobile. Je sais qu'en 1991, Dominique Chapatte m'a dédicacé une affiche. Donc, ça fait au moins 20 ans que j'y vais. A l'époque, c'est un joyeux foutoir avec des voitures à vendre qui étaient "dans leur jus", des vendeurs qui empilaient les pièces, les Dinky Toys ou les plaques émaillées en vrac.
Maintenant, il y a moins de petits clubs, moins de petits vendeurs, moins de vieux objets. Il y a davantage de constructeurs, de voitures "état concours" à vendre, de plaques émaillées et de miniatures toutes neuves... C'est dommage.

Sinon, la rumeur dit que PSA veut ressusciter Simca. D'autres disent qu'ils n'ont même pas le droit d'utiliser cette marque! De toute façon, qui se souvient de Simca? Le plus probable, c'est que PSA et DongFeng songent à une marque low-cost pour la Chine. Cette la toute première voiture Chinoise était une Ariane 4 recarossée, mais ce n'était pas avec ça qu'ils pourront déterrer Simca! En plus, je crois que les Chinois ont du mal à prononcer deux consonnes d'affilée. Donc, ils vont sans doute prendre un nom plus évocateur pour leur marque...
Tant pis pour ceux qui voulaient une Aronde version 2011...

Rétromobile 2011: 10. BMW 650i cabriolet

Non, désolé, mais les BMW modernes ne me font pas vibrer. J'aimais mieux la 635 CSI à ses côtés.

C'est vrai aussi que je n'en ai jamais conduite une et que cela fait des années que je ne suis pas monté dans une BMW.

Je n'ai donc aucune anecdote, aucun souvenir personnel mettant en scène une BMW (ou presque.) Donc, ça met forcément de la distance.

D'ailleurs, si je ne fais pas attention, je dis "six cents cinquante i", au lieu de "six cinquante i".

Par contre, un coup de chapeau à BMW Motorsport. Ils ont été les premiers à féliciter Sebastian Vettel (ex-pilote de Formule BMW et éphémère pilote BMW F1) pour son titre et à souhaiter un prompt rétablissement à Kubica (ex-pilote BMW F1.) C'est une mentalité de gentleman. Alors qu'ailleurs, dés qu'un pilote part, on fait comme s'il n'avait jamais couru pour vous...

Rétromobile 2011: 9. Ligier JS33 ex-René Arnoux

Sur le stand des Classic Days, il y avait cette Ligier F1.

J'ai eu la chance de croiser René Arnoux et Guy Ligier (aux Classic Days, d'ailleurs) et ça me fait drôle de voir leurs noms sur une monoplace.

Je me demande ce que devait penser Arnoux lorsqu'il courrait à bord de la JS33. Ca devait être une tempête sous un crâne... Il avait été le 2e meilleur pilote Français du début des années 80 (derrière Prost, mais devant Laffite.) Il était l'homme de la bagarre à Dijon avec Villeneuve. L'homme qui a refusé de laisser passer Prost, au Castellet. Le co-artisan du dernier titre constructeur de Ferrari avant Schumacher... Puis il a été viré dans des circonstances mystérieuses par Ferrari. Il a rebondi chez Ligier. En 1979-1980, Ligier avait été à "ça" de triompher. Il lui avait manqué peut-être un patron moins caractériel ou des pilotes plus disciplinés (sur et en dehors de la piste)... Quoi qu'il en soit, en 1986, lorsqu'Arnoux est venu, les belles années étaient passées. Fin 1986, Renault (qui motorisait notamment Ligier) arrête la F1. Le moteur Alfa Romeo est un désastre. Il faut improviser avec le Megatron (ex-BMW.) Le vainqueur de 7 Grands Prix ne décroche qu'un petit point. La Ligier 1988 était encore pire que celle de 1987. D'ailleurs, la voiture 1987 équipée du Judd de 1988 allait plus vite que celle de 1988! Le 3e du championnat du championnat 1983 est non-classé. Au moins, en 1989, Arnoux évite l'humiliation d'un nouveau score vierge, avec 2 petits points récoltés à Montréal. Mais par 7 fois, son week-end de course s'est terminé le samedi. Peut-être qu'aujourd'hui, il en dit: "J'avais 41 ans, près de 150 Grands Prix. Je n'avais plus rien à prouver et j'ai raccroché le casque sans regrets. Place aux jeunes!" Mais que pense-il vraiment, en 1989? Lui qui a joué le titre, ça doit l'emmerder de devoir se cracher dans les mains pour une malheureuse qualification! Pour avoir été aussi fort, il a forcément une mentalité de battant. Il doit encore espérer un coup de fil de Ron Dennis, Franck Williams ou de Cesare Fiorio. Il doit se dire que s'il avait une vraie voiture, il donnerait des leçons de pilotage à Prost et à Senna! Il est sans doute persuadé qu'il est capable de décrocher d'autres podiums. Il espère peut-être que Michel Tétu va dessiner un aileron miraculeux, qui fait gagner 2 secondes au tour. Sinon, il aurait raccroché dés 1987. Mais rien ne se passe et là, effectivement, la retraite devient évidente. Le destin ne lui a même pas permis de partir avec les honneurs: il a abandonné lors de son dernier Grand Prix.

samedi 12 février 2011

Rétromobile 2011: 8. MG TD

Cette MG TD m'a fait pensé aux deux TF rouges Micromachine que j'avais lorsque j'étais petit.

Ca m'a évidemment aussi fait penser à la série Cliftoon.

Et surtout, ça m'a fait penser au "road racing" Américain. D'après la légende, lors de la deuxième guerre mondiale, les militaires US stationnés en Grande-Bretagne tombèrent amoureux des MG. Légère, agile, assez sportive, facile à bricoler et à gonfler, la MG série "T" avait tout pour plaire. En fait, dans les années 30, dans les rang de l'ARCA, il y avait déjà de nombreuses MG.
Quoi qu'il en soit, au lendemain de la guerre, des MG TC débarquent en Californie et en Nouvelle-Angleterre. Une base militaire plus ou moins désaffectée, quelques bottes de pailles et vous avez un circuit! Pour MG, ce fut un sacré ballon d'oxygène. Au point que le constructeur développa la TD, puis la TF, en lorgnant sur le marché US.
Mais très vite, les MG furent remplacées par des Porsche et des Ferrari. On construisit des circuits permanents: Lime Rock, Sebring (sur un aérodrome), Laguna Seca (sur un camp d'entrainement de l'US Army) et plus tard, Watkins Glen, Sears Point... Les anciens GIs en mal de sensations fortes cédèrent leur place à des pilotes de plus en plus pro. Phil Hill, Richie Ginther ou le moins connu Ken Miles viennent de ce milieu. Des écuries comme Penske et AAR-Eagle viennent du "road racing". Et en une quinzaine d'années, ces courses de club débouchèrent sur la CanAm et la TransAm...

Rétromobile 2011: 7. Gulf

Très bonne idée que cette rétrospective Gulf.

On a tendance à considérer que les sponsors sont juste des valises de billets. Ils vont, ils viennent, on s'en fout. Mais dans certains cas, leurs couleurs font parti de la légende: que seraient les Penske sans Sunoco? Les Lotus, sans JPS? Les Porsche 935 et Lancia Delta, sans Martini? Les McLaren, sans Marlboro? Les Subaru, sans 555?

Gulf, c'était John Wyer, ce semi-privé qui défiait les usines aux 24 heures du Mans. A l'époque où gagné au Mans était presque aussi prestigieux que de gagner en F1. Une dizaine d'années d'effort, sanctionnée par 3 victoires mancelles.
La livrée est devenue légendaire grâce au film Le Mans et à Steve McQueen. L'ironie de l'histoire est que les 917 de Wyer n'ont jamais gagné les 24 heures du Mans (la 917 victorieuse était une "usine" aux couleurs de Martini) et que McQueen n'a jamais piloté en course de voitures aux couleurs de Gulf.

Il y avait de belles autos, sur ce stand: Porsche 917, Ford GT40, Mirage Ford, McLaren F1...

Ce qui m'emmerde, avec Gulf, c'est l'utilisation actuelle de ses couleurs. La nostalgie, oui. Mais le recyclage ad nauseam, non! Marre de voir des hipsters repeindre n'importe quoi en bleu ciel et orange!

Rétromobile 2011: 6. Stanguellini

J'aurais bien aimé monter à bord de cette Stanguellini... Un châssis ultra-léger, un Fiat gonflé qui chante sans retenu, deux coussins en guise de baquet, le réservoir dans le dos, pas de ceinture, pas d'arceau, aucune protection latérale... Sur qu'on doit en avoir, des sensations!

J'adore ces petits constructeurs Italiens. C'était l'époque des "sorciers" qui n'étaient pas resté longtemps à l'école et qui construisaient des voitures entières juste à l'instinct, sans plans, ni calculs. L'atelier était l'arrière-boutique d'un concessionnaire Fiat. Puis ces mêmes sorciers posaient en costume du dimanche, tout ému, devant leur création. L'époque où les pilotes, cheveux gominés et clope au bec, avaient des airs de stars de cinecitta. L'époque où vous pouviez demander à un pilote de F1 de mettre au point la voiture, sans avoir à négocier avec son manager et il le faisait sans être payé. Les stands, c'était une planche et des tréteaux (en guise de table), quelques chaises, des outils, des pièces en vrac et... Des bouteilles de blanc.

Tout n'était pas parfait, certes. Mais je trouve qu'aujourd'hui, il y a un manque d'âme évident. Plus d'improvisation. Les stands sont d'une propreté clinique, les employés portent des uniformes et leurs gestes sont précis, les pilotes ne disent pas un mot sans l'accord de leur manager... C'est un autre monde, tout simplement.

mercredi 9 février 2011

Rétromobile 2011: 5. Rickman Metisse

Il y avait aussi des bécanes sur le stand Artcurial.

D'après la légende (c'est du Michel Vaillant présente, donc du [citation needed]), c'est Steve McQueen et Bud Ekins qui auraient eu l'idée de monter un moteur Triumph dans un châssis Rickman. McQueen l'aurait surnommée sa "Metisse".

Ce qui est sur, c'est que pour La grande évasion, Ekins a maquillé la Rickman Metisse de McQueen et c'est elle qu'on voit dans le film.

C'était aussi le crépuscule des bécanes Anglaises. Ils ont inventé les motos sportives et les motos de cross, puis les Japonais ont débarqué et en moins de 10 ans, tous les constructeurs Anglais ont fait faillite. C'est encore plus impressionnant que le destin de British Leyland.

Rétromobile 2011: 4. BMW M1

Toujours sur le stand Artcurial...

BMW est très fort pour gérer l'image de ses anciens modèles. Il a ainsi "réhabilité" la M1.
A l'époque, ce fut un flop. Elle était née trop tard et il ne faut pas oublier qu'à l'époque, la firme Munichoise était loin d'avoir l'image de marque qu'elle a aujourd'hui. Elle manquait de crédibilité pour lancer une GT. D'autant plus qu'en 1979, l'heure était davantage aux économies d'énergies...

En tout cas, moi, je suis fan du dessin de la M1. Rappelons que Giorgietto Giugiaro s'était inspiré du concept-car Turbo de Paul Bracq (1972.) Donc, elle est un peu Française...

Rétromobile 2011: 3. Cisitalia 203

Des voitures vieilles et exceptionnelles à Rétromobile? Il y en avait quelques unes. Problème: une partie d'entre-elles étaient sur le stand Artcurial, fermé au public.

Artcurial occupait un espace important du hall 7.3 et ses voitures figurent souvent parmi les plus remarquables du salon. C'est dommage que l'organisateur laisse cet entreprise de vente aux enchères filtrer l'entrée. Je pense que ça frustre une partie du public.

Bref, parmi les belles voitures mises aux enchères, il y avait ce très jolie cabriolet Cisitalia 203, signé Pininfarina. J'invite tout ceux qui l'ont prise pour une Ferrari à relire le "brève rencontre" que j'ai écris sur Cisitalia...

mardi 8 février 2011

Rétromobile 2011: 2. Triplette de Citroën WRC

Le problème de Rétromobile 2011, c'est qu'il y avait beaucoup trop de voitures modernes. Chez Citroën, il y avait la ZX Rallye-raid, la Xsara WRC, la C4 WRC et la DS3 S2000. C'est n'importe quoi! Comme s'il n'y avait pas de vieilles Citroën de rallye...

Je n'arrive pas à me passionner pour le WRC. Ou plutôt, je n'arrive plus à me passionner pour le WRC. 1) Parce que Loeb gagne tout (ce n'est pas de sa faute, s'il n'y a que des branquignolles dans les autres voitures.) 2) Parce que personne ne sait pas exploiter ses succès (chez Total, Loeb vous dit de changer votre huile et on a l'impression que sur la photo, il n'a ni mangé, ni dormi, ni pris de douche depuis une semaine!) 3) A cause de la concurrence avec l'IRC.
Vous savez qui a gagné le Monte-Carlo? Moi non plus. Je sais juste que c'est un Français en Peugeot. Evidemment, Peugeot n'en parle pas. En même temps, triompher face à Sarrazin, Delecourt, Loix et Vouilloz... Manquait plus que Röhrl et Comas et vous aviez le plateau du Monte-Carlo Classic! C'est pas avec ça que notre ami le vainqueur du Monte-Carlo va pouvoir "vendre" son succès. Il est davantage parti pour un destin à la Bernardini...

Rétromobile 2011: 1. Peugeot 404 diesel des records

Ah, cette Peugeot 404 m'a rappelé un Rétroviseur de... Mars 1992 (c'est-à-dire plus vieux qu'un petit tiers des voitures exposées à Rétromobile.)

Grâce à son aérodynamisme de pointe, en 1965, cette voiture a pu atteindre 161,4km/h. A l'époque, elle avait droit à un 2,2l 66ch... Waouh, dire qu'aujourd'hui, la moindre Clio dCi mettrait minable cette 404!

dimanche 6 février 2011

Pauvres petites

Récemment, j'ai lu un article de Capital sur les hôtesses.

Capital appartient au même groupe que Voici et ça se ressent: il y avait plein de raccourcis.
Le métier d'hôtesse couvre différentes réalités. L'hôtesse d'accueil d'une entreprise ou celle qui vérifie votre badge à l'entrée d'une expo ou distribue des prospectus, c'est le niveau le plus bas et elle est payé au SMIC.
A l'opposé de l'échelle, il y a celle qui est sur un podium de salon et doit danser et/ou faire une démonstration. Sauf erreur, elle davantage à 500€ par jour.
Entre les deux, il y a le mannequin "muet" qui est juste là pour poser avec la voiture ou qui joue les race queens. OK, parfois les clients sont lourdingues. Mais elle n'a quasiment rien à faire (à part sourire) et elle touche 300€, voir 400€! Et puis il y a des avantages en nature: voir tel salon ou manifestation sportive à l'œil, repartir avec des goodies, voir, dans l'événementiel, frôler des stars... En terme de rapport contrainte/salaire, c'est carrément plus avantageux que d'être équipier chez McDo!
Mais ça fait déjà plusieurs fois que je lis des articles où des hôtesses se plaignent: "J'ai bac+5, arrêtez de me prendre pour une conne" ou "je ne suis pas un objet sexuel".

jeudi 3 février 2011

Une Nissan Figaro

J'adore cette découvrable japonaise. Elle est délicieusement rétro.

Elle n'a jamais été importée en France (d'où le volant à droite), en plus, elle a déjà 20 ans et pourtant, j'en ai déjà vu trois!